Appel de l’assemblée générale de Paris 1

12 mai 2016

Nous, étudiant.e.s et personnel.le.s mobilisé.e.s contre la loi travail, réuni.e.s en assemblée générale de Paris 1 le 12 mai 2016, réaffirmons notre détermination à lutter jusqu’au retrait total de ce projet de loi. Le 10 mai, le gouvernement, n’ayant pas la majorité à l’Assemblée Nationale pour faire adopter son projet, a décidé de faire passer en force le texte de la loi El-Khomri en utilisant à nouveau l’article 49.3 de la Constitution ; niant ainsi les deux mois de mobilisation et la voix de 70% de la population opposés au projet. L’usage de cet article anti-démocratique révèle au grand jour le caractère toujours plus vertical du pouvoir de la Ve République.

L’Etat se montre par ailleurs de plus en plus autoritaire et violent. En témoignent les arrestations arbitraires dont sont victimes les manifestants, telles que celle d’un étudiant de l’ENS de Lyon le 11 mai lors de l’intrusion des forces de l’ordre sur le campus afin de dégager les étudiant.e.s d’une salle occupée, ou bien la présence systématique et excessive de hordes de CRS pour encadrer nos manifestations et gazer intempestivement les manifestant.e.s. Contre les violences policières, nous manifesterons d’ailleurs le 18 mai à 18h au départ de la place de la République.

Le gouvernement français, en position de faiblesse, n’a plus que l’usage de la force, que ce soit par le 49.3 ou par la matraque, pour faire passer sa loi impopulaire. Une répression policière parfaitement anticipable, dans laquelle l’Etat a sa responsabilité : en témoigne le communiqué menteur de la préfecture faisant état d’un accord inexistant avec les organisateurs sur le dispositif de gestion de la manifestation, avec des dizaines de policiers ouvrant le cortège. Tout cela montre bien que le gouvernement ne travaille pas dans l’intérêt du plus grand nombre, mais pour celui d’une poignée de dirigeants économiques et politiques, bien plus préoccupé par ses intérêts privés que par nos conditions de vie.

Face à l’usage du 49-3, perçue comme une nouvelle provocation de l’Etat, une seule solution pour faire céder le MEDEF et ses sbires au gouvernement : la grève générale reconductible. La semaine prochaine, plusieurs secteurs clés de l’économie seront en grève : les transports routiers, les raffineries, les marins, ainsi que les cheminot.e.s, dont ceux d’Austerlitz qui seront en grève reconductible à partir du mardi 17 mai. Nous devons redoubler d’efforts et converger avec les salarié.e.s, entourer leurs grèves de notre solidarité (y compris financière avec des caisses de grève pour leur permettre de tenir), les relier entre elles, afin d’amplifier le mouvement, et le mener à la grève générale reconductible qui fera plier le gouvernement, comme cela avait été le cas en 2006 avec le CPE ! Tout est encore possible !

Etudiant.e.s, nous appelons à poursuivre la mobilisation, conjointement avec tous les secteurs en lutte et ceux à venir. Déjà lors de la manifestation du 12 mai, la solidarité grandissante entre salarié.e.s et étudiant.e.s s’est faite sentir. Nous encourageons tous ceux qui n’ont pas encore pu s’investir à nous rejoindre dès la semaine prochaine.

Après les examens, la mobilisation continue : venez nombreux la construire à la fac !

Lundi 16 mai : Comité de mobilisation ouvert à tous et à toutes à 16h (rdv devant la fac).

Mardi 17 mai : Manifestation nationale contre la loi travail à 14h Place de l’Ecole Militaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s