Les doctorants de Paris 1 se mobilisent

 

Alors que beaucoup de vos chargés de TD sont des doctorants, peu d’étudiants savent qu’ils se mobilisent actuellement contre leur statut précaire. Lyess Bouderbala fait partie de ces doctorants grévistes. Après une Licence de Philosophie à Toulouse puis un Master en Philosophie de l’Art à Paris IV, il passe l’agrégation en deux ans et entame une thèse de Philosophie Politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur les apories de la guerre juste à l’âge classique. A 27 ans, il est aujourd’hui chargé de TD pour les étudiants de Licence de Philosophie depuis deux ans et, au lendemain d’une AG, il revient sur les enjeux et le déroulement de la mobilisation :

Quel est le statut actuel des Doctorants à l’université ?

« La mobilisation vient des doctorants contractuels, c’est-à-dire ceux qui ont une bourse de thèse, qui sont payés pour faire de la recherche et sont payés en plus pour les heures de cours données à l’université s’ils veulent en donner. De l’autre côté, il y a les doctorants vacataires, qui n’ont pas de bourse de recherche et sont très peu payés pour les heures de cours qu’ils donnent à la fac. En plus, ils sont payés de manière irrégulière. Or, être payé tous les quatre mois cause de grandes difficultés, j’en ai eu l’expérience quand j’étais colleur en prépa. Jusqu’à présent tous les doctorants payaient leurs frais d’inscriptions, sauf les doctorants contractuels, ce qui est proprement injuste. Ces frais sont de 450 à 500€ par ans, enfin en cinq ans de thèse ça fait bien 2500€. »

Pourrais-tu faire une chronologie à postériori de la mobilisation ?

« Ça a commencé à partir de juin dernier, quand la présidence a décidé d’annuler l’exonération des frais d’inscriptions pour les doctorants contractuels. Les doctorants contractuels sont des privilégiés par rapport aux autres. Nous avons une bourse de recherche pour effectuer notre doctorat, elle est insuffisante car nous ne sommes payés que 3 ans alors qu’une thèse dure généralement 5 ans, mais nous avons au moins la possibilité de ne pas travailler à côté. La mobilisation a commencé sur ce point, donc pour que d’une certaine manière on maintienne nos privilèges, mais il n’y avait pas que ça. Il y avait aussi une modification du calendrier pour les soutenances et une réforme sur la durée des thèses.

Après il y a eu les premières AG, les premières discussions, et très rapidement on s’est rendu compte que les doctorants contractuels ne pouvaient pas uniquement défendre le maintien de leurs privilèges. Les premières AG c’était pour faire un peu un état de la situation, s’informer sur les couts d’inscription, comment lutter contre le projet de réduction des thèses à trois ans en sciences humaines, etc.

Il y a eu quelques AG au cours de l’année, et assez rapidement il a fallu se mettre d’accord sur les moyens d’actions. Il y a plusieurs possibilités comme la grève, mais le problème est qu’à la fac, il est possible de faire grève sans que personne ne soit courant. On a eu l’idée de faire remonter des chiffres de doctorants en grèves à l’administration, ou bien des noms. Une autre possibilité est la rétention de notes. Rien n’a encore été décidé, ce sont des propositions de modalités d’action. »

Quelles sont les revendications des doctorants ?

« Principalement étendre l’exonération de frais d’inscriptions. Mais c’est sur l’extension qu’il y a litige. Soit à tous les doctorants, soit seulement à ceux qui participent à la vie de l’université. C’est-à-dire donner des cours, mais pas seulement, certains n’en donnent pas mais organisent des évènements qui dynamisent l’université. Ils interviennent dans des colloques, présentent leurs recherche, etc. Même celui qui n’enseigne pas apporte, sur le plan de la recherche, une valeur ajoutée à l’université. Pour moi soit on l’étend à tous, soit ça n’a pas de sens, on ne peut pas se battre pour maintenir une situation de privilège. Ceux qui veulent réduire l’exonération à ceux qui enseignent disent que l’idée c’est qu’on ne peut pas payer son patron, on ne paye pas celui qui nous emploie pour qu’il nous emploie. Mais certains font remarquer que d’un côté il y a des services offerts avec les frais d’inscriptions comme l’accès à des bases de données énormes, et tout a un cout. Mais d’un autre côté, le budget de l’université est mal répartit, par exemple avec les frais de bouche du président (qui s’élèveraient à 1 million d’euro par ans) qui sont bien plus importants que le montant total des bourses allouées aux doctorants. Ce qui faisait le plus consensus à l’AG d’hier c’était d’exiger l’exonération de tous les doctorants qui participent à la vie de l’université, et pour les autres ce serait en fonction des critères sociaux. Il y a aussi l’augmentation du nombre de bourses et le remboursement du transport pour les vacataires qui sont discutés. »

Quel avenir pour le mouvement ?

« On se voit très peu entre doctorants, je ne sais pas qui fait grève. Les professeurs non plus, on les croise très peu. Le problème c’est qu’on n’arrive pas à aboutir à un consensus, c’était le cas à l’AG d’hier. Dans les prochaines AG on va rediscuter de nos revendications. Il y a une AG uniquement pour les doctorants de philosophie prévu le 14 avril.

Concernant la mobilisation étudiante contre la loi du travail, rien n’a été décidé encore, on n’en a pas parlé à l’AG d’hier. J’ai demandé à mes étudiants qui étaient mobilisé. Il y a une élève qui a levé la main sur 35 ! Qui est allé assister à une AG ? Trois élèves ont levés la main. Qui, si je fais grève, va aller à la manifestation ? Trois-quatre élèves. De mon côté j’ai décidé de faire grève jeudi, et pour ne pas pénaliser les élèves je leur enverrai mon cours par mail. On s’est mis d’accord pour ne pas noter les absences de sorte à permettre aux étudiants d’assister aux mobilisations du 24 au 31. L’idée c’est de distinguer les deux trucs, la mobilisation des doctorants encourage celle des étudiants. On doit y aller jeudi en cortège. »

C.L.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s