« Et tout a dégénéré ensuite »

Jeudi 17 mars au soir, l’amphi N de Tolbiac est occupé. Les CRS interviennent et blessent des étudiant.e.s pacifiques. La présidence, au soir, envoie un communiqué honteux expliquant que l’intervention des CRS et de la BAC était nécessaire du fait des dégradations de matériel et qu’il y avait eu effraction. Cependant, les témoignages des étudiant.e.s présent.e.s ne concordent pas : ni effraction ni dégradations nous disent-ils/elles. Une petite discussion avec un membre du personnel de Tolbiac dont nous ne préciserons pas la fonction vient rétablir les faits : présent jeudi lors de l’intervention de la police au sein de la fac et mal à l’aise par rapport au comportement inapproprié de la présidence, il a eu la gentillesse de se confier. Il s’est dit profondément choqué par toute cette violence contre des étudiants qui n’étaient pas des casseurs, et qui étaient juste là pour faire vivre le débat démocratique.

Par rapport à la violence policière :

« Moi j’ai jamais vu ça, maintenant vous êtes vraiment des étudiants gentils. Parce que par le passé, les étudiants étaient beaucoup plus virulents ».

[…]

– Les forces de police étaient à Place d’Italie et avaient prévu de venir devant Tolbiac pour assurer le rassemblement de 18h, c’est pour cela qu’ils sont arrivés aussi vite. Quand les étudiants sont rentrés dans la fac, les CRS étaient déjà en route. Et la présidence de l’université a [tout de suite] donné les instructions aux forces de police avec réquisition de rentrer dans l’université.

– Est-ce que les étudiants ont commis une infraction pour rentrer ? Est-ce qu’ils ont cassé la porte garage ?

– Non non, il y a eu un véhicule d’un personnel qui est sorti et c’est comme ça que certains d’entre vous sont rentrés. Mais il n’y a pas eu d’infractions.

-Pourtant le communiqué de la fac ne dit pas ça ?

– Au départ c’est ce que le président a cru, mais bon voilà. Mais en fin de compte c’était une maladresse. Il a autorisé les CRS à rentrer dans la fac sans avoir pris connaissance des lieux. Il n’y a eu aucun dégât commis avant l’intervention des forces de police. Et tout a dégénéré ensuite. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s