Evacuation brutale de l’AG inter-luttes par les CRS et la BAC

Ce jeudi 17 mars, alors que près de 150 étudiant.e.s s’étaient installé.e.s dans un amphithéâtre de Paris 1 pour discuter de la meilleure manière d’organiser une convergence des luttes, notamment autour de la mobilisation contre le projet de loi travail, l’administration a fait appel aux forces de l’ordre pour évacuer brutalement l’amphi N de Tolbiac. Divers médias témoignent :

  • Un témoignage sur Paris-Lutte.info permet de donner la version non officielle des faits, loin des communiqués de presse de la préfecture.  Il permet de faire le point sur l’occupation des locaux par les forces de l’ordre, qui possèdent visiblement plus l’université que les étudiant.e.s.
  • Le site StreetPress était présent, et malgré une sous évaluation du nombre d’étudiant.e.s présent.e.s, ce reportage a le mérite de montrer la violence des arrestations : un jeune homme homme arrêté par la police saigne abondamment tandis que la police tente d’arrêter la prise de ces images.
  • Le Huffington Post a recueilli, au lendemain de ces violences, les témoignages des étudiant.e.s présent.e.s : on y ressent la violence physique et morale qu’on ressenti ces étudiant.e.s, frappé.e.s par la violence des évènements. Un autre recueil de vidéos permet de prendre conscience de l’ampleur du dispositif sécuritaire et du déchaînement de certains policiers contre les étudiant.e.s.
  • Le site indépendant Médiapart a lui aussi recueilli des témoignages de ces violences au lendemain des évènements. (Accessible par l’ENT pour les étudiant.e.s de Paris 1)
  • Libération confirme dans un Live à la fois la présence très nombreuse de CRS, mais aussi le plaisir non dissimulé d’un agent de la BAC à sortir sa matraques télescopique pour frapper une étudiante.
  • Les photographies reprises par le site Agoravox nous montrent à quel point les CRS ont déchaîné leur violence, faisant peu de cas au passage des locaux de l’université, délabrant les tables en montant dessus…
  • Enfin, Marianne donne aussi un récit de la fin de la journée, relayant notamment les propos de Philippe Boutry (président de Paris-I) qui assume avoir laissé entrer les CRS pour protéger « les biens et les personnes », tout cela appuyé par des témoignages et une vidéo.
Publicités

Une réflexion sur “Evacuation brutale de l’AG inter-luttes par les CRS et la BAC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s